Vous êtes ici:

Working Your Tail Off: Active Strategies Versus Direct Hedging

Les auteurs comparent deux approches qui réduisent le risque de krach (tail risk) dans le cadre d’un portefeuille traditionnel composé d’actions et d’obligations : l’approche directe avec options et l’approche indirecte qui vise à gérer le risque par le biais de stratégies actives de manière à réduire le risque d’actions sans dérivés.
 
Asvanunt, Nielsen et Villalon s’appuient pour leur analyse sur des données de la période 1985-2012 et concluent que l’approche directe fournit une protection plus fiable lors des mois les plus négatifs sur actions mais que les avantages de cette protection sont rapidement anéantis lors des mois qui suivent. Sur un intervalle de plusieurs mois durant des phases de crise, les deux stratégies démontrent cependant des performances similaires, ce qui implique qu’une stratégie de réduction du risque indirecte génère globalement une surperformance importante et qui émane des longues phases sans crise.
 

Conclusion

Les stratégies de réduction de risque indirectes pour des événements extrêmes sur les marchés boursiers (crises) offrent une surperformance à long terme par rapport aux stratégies de réduction directes du risque par le biais d’options. Ce bilan de performance attractif est principalement dû aux économies de coûts réalisées lors de phases de marchés calmes.
 
Source: Attakrit Asvanunt, Lars N. Nielsen und Daniel Villalon, The Journal of Investing, 2015
 
Finreon Impulse: page suivante