Vous êtes ici:

Size Matters, if You control Your Junk

Le facteur Size est souvent l’objet de critiques du fait de résultats prétendument peu attractifs : la prime émanant de ce facteur serait inférieure aux autres primes de facteur usuelles, fluctuerait fortement au fil du temps, aurait perdu en surperformance depuis sa découverte, trouverait son origine principalement dans les titres de petits micro caps et ne fonctionnerait que partiellement au niveau global.
 
Les auteurs de l’article démontrent cependant que ces critiques sont pour la plupart injustifiées lorsqu’on prend en compte le facteur de la qualité et qu’on exclut les titres d’entreprises peu recommandables (« junk »). En considérant ce critère, les chercheurs trouvent une prime significative stable, qui n’est pas uniquement composée de micro caps et qui fonctionne sur 30 industries et 24 marchés boursiers différents. Cette prime Size « ressuscitée » est comparable aux anomalies Value et Momentum en termes d’ampleur et d’importance.
 

Conclusion

L’importance et l’existence de la prime de facteur Size ont souvent été remises en question par le passé. Asness, Frazzini, Israel, Moskowitz et Pedersen démontrent cependant que cette prime est comparable aux primes de Valeur et de Momentum lorsqu’on la définit correctement et que les titres d’entreprises peu recommandables sont correctement considérés.
 
Source: Clifford Asness, Andrea Frazzini, Ronen Israel, Tobias J. Moskowitz und Lasse H. Pedersen, Journal of Financial Economics, 2018
Finreon Impulse: page suivante