Vous êtes ici:

Perspectives de Finreon

Actions suisse défensives - elles ne se résument pas à Nestlé, Novartis et Roche 

 
Les grandes capitalisations que sont Nestlé, Novartis et Roche dominent le marché suisse des actions et participent au caractère défensif du Swiss Performance Index (SPI). On peut cependant obtenir un placement aussi défensif sans les risques de concentration inhérents aux trois géants de l'indice par le biais d’un portefeuille largement diversifié dans des titres suisses défensifs de qualité.
 
Il y a dix ans, la crise financière battait son plein. Aujourd’hui, le cycle économique se trouve à un stade avancé et de nombreux investisseurs restructurent leur portefeuille en prévision d’un ralentissement. Dans ce cadre-là, les placements défensifs en actions s’avèrent être un instrument apprécié : ils permettent en effet de réduire la volatilité et les pertes maximales par rapport à des placements « classiques » en actions sans limiter excessivement le potentiel de rendement.
 
En raison d’un home bias significatif, de nombreux investisseurs suisses possèdent généralement déjà une allocation défensive en actions au sein de leur portefeuille. En effet, le SPI se trouve être un des indices de référence les plus défensifs en comparaison internationale. Il se distingue par une volatilité de 12.2% et un bêta de 0.78 par rapport au MSCI World (CHF hedged), ce qui le rend comparable à un indice minimum volatility (cf. illustration 1).
Illustration 1: Volatilité (échelle de gauche et en bleu) et bêta de marché (échelle de droite et rouge) de différents indices boursiers (couverts en CHF) entre janvier 2004 et octobre 2018
Illustration 1: Volatilité (échelle de gauche et en bleu) et bêta de marché (échelle de droite et rouge) de différents indices boursiers (couverts en CHF) entre janvier 2004 et octobre 2018
L’orientation défensive du SPI est surtout due à la pondération élevée des trois grandes capitalisations de l’indice : Nestlé (20.9%), Novartis (14.9%) et Roche (13.7%). Ces entreprises sont actives dans les domaines de l’agroalimentaire et de la pharmaceutique, deux industries à caractère défensif. Cependant, le but d’un portefeuille défensif réside normalement dans la prévention des risques. Les risques de concentration inhérents aux trois multinationales précitées contreviennent à ce but.
 
Il existe cependant au sein du SPI d’autres titres défensifs qui se prêtent à un investissement en dehors des trois géants de l’indice. Deux stratégies pour un portefeuille défensif largement diversifié en actions suisses sont présentés ici:
 
  • L’indice SPI Low Risk considère les 30 actions les plus défensives du top 60 du SPI et pondère ces actions selon la méthode risk parity.
  • La stratégie Swiss Defensive Small & Mid exclut les 20 plus importants titres du SPI et investit donc de manière largement diversifiée dans les titres les plus défensifs du SPI Extra. Une grande importance est accordée à la négociabilité de titres moins liquides de manière à ce qu’un manque de liquidité ne soit pas confondu avec une volatilité plus faible.
Illustration 2: Volatilité (échelle de gauche et en bleu) et bêta de marché (échelle de droite et en rouge) de différents indices boursiers et stratégies sur actions suisses entre janvier 2004 et octobre 2018.
Illustration 2: Volatilité (échelle de gauche et en bleu) et bêta de marché (échelle de droite et en rouge) de différents indices boursiers et stratégies sur actions suisses entre janvier 2004 et octobre 2018.
 
L’illustration 2 démontre que ces deux portefeuilles permettent de réduire substantiellement les risques par rapport à l’indice défensif SPI. En effet, ceux-ci ne sont pas exposés aux risques de concentration liés à Nestlé, Novartis et Roche et ne souffrent pas d’un potentiel de rendement réduit.
 
Il n’est donc pas nécessaire de miser sur les trois grandes capitalisations défensives de l’indice (comme au sein du SPI) afin de profiter du profil défensif du marché boursier suisse. Les mêmes caractéristiques peuvent être atteintes en investissant dans un portefeuille largement diversifié de titres suisses de qualité. L’univers des actions small et mid caps suisses est composé d’un nombre important de « Swiss champions » défensifs caractérisés par leur domination du marché dans leur niche respective, une gestion excellente ainsi que par des modèles économiques solides. Pourquoi, dès lors, ne miser que sur une poignée d’entreprises (Nestlé, Novartis et Roche) alors que le même profil défensif est aisément reproductible par un portefeuille largement diversifié?

Conclusion

  • L’indice de référence suisse SPI doit son caractère particulièrement défensif en comparaison internationale principalement du fait de la pondération élevée des trois grandes capitalisations que sont Nestlé, Novartis et Roche
  • Le but des portefeuilles défensifs réside dans la prévention du risque. Les risques de concentration inhérents au SPI contreviennent donc à cet objectif
  • Les deux exemples de portefeuilles proposés ci-dessus démontrent que des stratégies défensives sur actions suisses sont également possibles sans les risques de concentration du SPI et aussi dans le cadre d’investissements small et mid caps. Ces portefeuilles se caractérisent par une orientation défensive plus marquée et par l’absence de risques de concentration.
  • Finreon offre dans ce domaine des solutions optimales.
 
 
Finreon Impulse:page suivante